décembre 10, 2019

Quatre défis auxquels sont confrontées les Fintech du monde entier

By: administrator

La révolution de la Fintech

Ces dernières décennies, le monde de la finance a été ébranlé par l’explosion de l’innovation technologique, la mondialisation et l’évolution des attentes des consommateurs. Au cœur de tous ces changements ? La technologie financière, ou Fintech.

Les entreprises de la Fintech sont à l’avant-garde de la révolution numérique dans le secteur financier, poussant les acteurs traditionnels à suivre le mouvement. Contrairement aux établissements traditionnels, les entreprises de la Fintech sont capables d’être numériques, agiles et modernes. La plupart des entreprises de la Fintech ont pleinement intégré l’ABC des sociétés modernes : automatisation, bots et cloud.

La demande de services financiers numériques n’a jamais été aussi forte. Les investissements dans les jeunes entreprises de la Fintech sont en plein essor, atteignant un montant record de 31 milliards de dollars (29 milliards d’euros) en 2018, soit plus du double de l’année précédente. Les entreprises de services monétaires de la Fintech répondent au besoin de services financiers faciles, accessibles et abordables et jouent désormais un rôle à part entière dans l’économie mondiale. Les entreprises de la Fintech ont même permis de nouveaux types de croissance dans le secteur : la rupture collaborative a permis aux banques de proximité d’accroître leur clientèle.

L’avenir de la Fintech semble illimité : même la création d’une banque par Amazon ne paraît pas si farfelue. En réalité, le secteur de la Fintech n’en est qu’à ses balbutiements. Son potentiel est immense et il ne cesse de se développer.

Mais tout n'est pas rose pour autant. Les Fintech se heurtent actuellement à quatre obstacles majeurs. Pour garantir leur succès à long terme, les entreprises doivent se montrer à la hauteur de la situation et résoudre les difficultés auxquelles elles sont confrontées. Les dirigeants d’entreprises de la Fintech qui sauront s’attaquer à ces problèmes ouvriront la voie à une croissance véritablement révolutionnaire.

Défi no1 : l’innovation

L’innovation est la force de la Fintech. C’est ce qui donne une longueur d’avance aux entreprises de la Fintech : elles apportent un vent nouveau et de nouvelles idées dans le secteur financier. Les nouvelles technologies font évoluer un secteur exigeant et souvent traditionnel. L’impact est perceptible dans le monde entier (la Fintech s’est même répandue jusqu’en Corée du Nord).

Mais l’innovation peut être une arme à double tranchant. Il en résulte un état constant de flux et de mises à niveau concurrentes, et il est facile de perdre l’aspect humain qui est au cœur des services financiers.

Rester au fait des tendances

L’innovation et la rupture sont incroyablement bénéfiques, pour certains. Les banques prennent rapidement du retard sur les entreprises de la Fintech, tout en continuant à jouer un rôle essentiel dans le secteur financier mondial. Cette disparité technologique est source de frictions, les banques peinant à suivre le rythme.

La technologie a également modifié les exigences et les attentes des clients finaux. L’open banking et la personnalisation deviennent essentiels, et des tendances comme l’apprentissage automatique font parler d’elles. Mais les banques, et en particulier les banques de petite et moyenne taille, peinent à s’adapter. Les entreprises de la Fintech doivent être conscientes de cette difficulté et y voir l’opportunité de partenariats mutuellement bénéfiques : les banques ne peuvent tout simplement pas être laissées pour compte dans le système mondial actuel.

Un équilibre entre l’humain et la technologie

L’innovation et la technologie étant les points forts de la Fintech, il est facile de supposer que tous les clients finaux veulent des services nouveaux, plus rapides et plus automatisés. Cependant, les établissements de la Fintech qui partent de cette hypothèse risquent de ne plus être en phase avec les besoins de leurs clients.

Le fait est que la grande majorité de ces derniers souhaitent interagir avec un être humain lorsqu’ils gèrent leurs finances, sans parler des problèmes de sécurité et de la résistance au changement qui accompagnent la numérisation. Dans le même temps, la numérisation ouvre les portes des services bancaires aux clients du monde entier, comme en témoigne l’expérience de la Fintech au Brésil, avec d’énormes possibilités de croissance et une accessibilité accrue.

Les entreprises de la Fintech doivent garder l’expérience du client final à l’esprit. Il est extrêmement facile de perdre de vue ce que vos clients recherchent vraiment lorsque vous passez à une nouvelle technologie flambant neuve. Au moment de l’optimisation et de la modernisation, assurez-vous d’être à l’écoute de vos clients.

Défi no2 : la réglementation

L’un des principaux défis auxquels sont confrontés les nouveaux acteurs de la Fintech est la gestion du risque réglementaire et de la conformité. C’est un facteur inhérent au secteur financier, mais qui est vivement ressenti par les entreprises de la Fintech.

Nouvelles réglementations mondiales

La question de la réglementation a été au premier plan ces dernières années avec des lois radicales comme la DSP2, qui réglemente les services de paiement, et le RGPD, qui réglemente l’utilisation des données. La réglementation touche tous les aspects du secteur financier. Alors que les réglementations mondiales se multiplient, les entreprises de la Fintech sont constamment mises au défi de s’adapter et de rester en conformité, critère essentiel pour la confiance des partenaires et des clients finaux.

Les entreprises de la Fintech devraient plutôt considérer les réglementations comme un cadre pour améliorer leurs pratiques : vous pouvez préparer votre Fintech pour l’avenir en mettant les bouchées doubles en matière de réglementation, au lieu de les considérer comme des obstacles.

Lutte contre le blanchiment des capitaux et KYC

La lutte contre le blanchiment des capitaux (LBC) est un ensemble de procédures, de lois et de réglementations destinées à mettre fin à la pratique consistant à générer des revenus par des actions illégales. Les entreprises de la Fintech et des services monétaires sont examinées à la loupe, et celles qui ne se conforment pas aux règles s’exposent à des amendes, à la suspension ou à la révocation de leur licence, ainsi qu’à une atteinte à la réputation de leur marque. En particulier, les entreprises de services monétaires ont du mal à satisfaire aux exigences de plus en plus strictes en matière de LBC et de connaissance clientèle (KYC).

Les services financiers numériques privilégiant la rapidité et la fluidité des processus, il est souvent plus difficile de garantir la conformité en matière de LBC. Tout antécédent de non-conformité à la LBC est extrêmement préjudiciable aux jeunes pousses de la Fintech qui cherchent à obtenir des financements et à gagner la confiance de leurs clients. Comme il s’agit d’un problème majeur depuis dix ans, ces manquements ont entraîné une dégradation de la confiance, les banques correspondantes hésitant à proposer leurs services aux entreprises de services monétaires.

Difficultés en matière de conformité

Les entreprises de la Fintech doivent également faire face à des attentes plus nombreuses en matière de réglementation et à une application plus stricte des réglementations en vigueur, qu’il s’agisse de satisfaire à ces normes strictes ou de former efficacement les collaborateurs à la conformité. Sans une forte culture de la conformité et un programme de formation documenté, les entreprises peuvent être soumises à des amendes et des pénalités encore plus lourdes.

Les entreprises de la Fintech étant très récentes, elles n’ont souvent pas les processus de conformité solides et optimisés dont disposent les banques. Bien que les entreprises de la Fintech disposent d’une technologie plus avancée et plus agile que les banques traditionnelles, ces dernières ont davantage de ressources, que ce soit en termes de personnel, d’expertise ou de pratiques établies, à leur disposition pour les aider à répondre aux exigences de conformité.

Défi no3 : la concurrence et le risque

Mettre sur pied une entreprise dans le secteur de la Fintech prospère peut ressembler à un parcours du combattant. C’est une bataille de tous les instants contre des concurrents de poids bien établis, comme les banques traditionnelles ; il peut être difficile de faire son chemin ou de s’implanter, si bien que la concurrence sectorielle est un défi de taille pour les entreprises de la Fintech.

Désengagement financier et partenariats bancaires limités

Pour de nombreuses banques, les acteurs de la Fintech ont mauvaise réputation : elles considèrent que la Fintech est risquée et qu’il est dangereux de la soutenir. Les banques du monde entier sont donc en train de fermer en masse leurs comptes avec les Fintech et de débancariser le secteur. En raison de cette réticence des établissements bancaires traditionnels, d’innombrables entreprises de la Fintech doivent se battre bec et ongles pour obtenir les services financiers nécessaires à leur fonctionnement.

La défiance des banques peut constituer un obstacle majeur. Depuis que le désengagement financier s’est imposé dans le secteur, les Fintech et les entreprises de services monétaires se heurtent à la réticence des banques dont elles dépendent pour exercer leurs activités, en particulier à l’échelle internationale. Cette vague de désengagement financier entraîne une instabilité, voire une incapacité à prendre pied sur le marché pour d’innombrables entreprises de la Fintech.

Confiance et attentes des clients

L’autre côté de la médaille du risque est la confiance des clients finaux. Les entreprises de la Fintech offrent tant de nouveaux avantages, mais souffrent souvent d’un manque de réputation ou de confiance de la part du secteur. Les clients ne savent peut-être pas que les entreprises de la Fintech sont tout aussi réglementées que les banques ; l’argent est un sujet si sensible qu’il est essentiel de les rassurer.

Pour devenir une ressource financière digne de confiance, les entreprises de la Fintech doivent être franches et transparentes avec leurs clients. Ces mesures sont essentielles pour commencer à éliminer les obstacles qui entravent la confiance et pour éroder les différentes perceptions des Fintech et des banques.

Défi no4 : l’expansion internationale

Les défis auxquels sont confrontées les Fintech, comme le risque et la réglementation, se conjuguent pour créer d’énormes obstacles à l’expansion internationale. L’expansion repose généralement sur le développement de relations bancaires locales, un processus long et fastidieux qui fait fortement stagner la croissance.

Les entreprises de la Fintech s’appuient souvent sur les banques pour développer un réseau et avoir accès aux comptes « Au bénéfice de » et aux numéros de comptes bancaires internationaux (IBAN). En outre, ces entreprises ont du mal à trouver des solutions bancaires capables de convenir à plusieurs États ou pays au fur et à mesure de leur expansion.

Aux États-Unis en particulier, la conformité est un énorme obstacle. Afin d’offrir une solution technologique à leurs clients, les entreprises de la Fintech doivent être réglementées dans les 50 États, ce qui représente un processus long et onéreux. Le coût pour faire des affaires dans le monde entier, des centaines de milliers de dollars par an et par pays où vous êtes agréé et réglementé, empêche les jeunes entreprises de se développer à l’international.

En l’absence de partenariats solides, les paiements internationaux ne sont qu’une chimère pour de nombreuses entreprises, et le marché des changes représente une importante perte de ressources. L’objectif est de réaliser des paiements internationaux agiles. Mais comment y parvenir ?

La solution : des partenariats dans le domaine des paiements

Les partenariats avec des entreprises spécialisées dans les technologies de paiement (Paytech) permettent aux entreprises de la Fintech de franchir une nouvelle étape dans leur évolution. L’innovation en matière de paiements se traduit par des transactions fluides, des solutions transfrontalières et un lien entre tradition et innovation : les partenariats mondiaux en matière de paiements sont l’avenir des Fintech.

Le moteur de paiement de Currencycloud, par exemple, a déjà permis aux entreprises de la Fintech d’étendre rapidement leurs activités au marché des changes, aux paiements et aux virements. Surtout, il y parvient sans obliger ces organisations à investir dans des changements d’infrastructure coûteux, sans limiter l’accès à certains pays et marchés ou sans alourdir la facture de leurs clients finaux, aidant ainsi les entreprises à relever les grands défis de la Fintech.

L’ouverture à l’international

Bien sûr, les entreprises de la Fintech et des services monétaires pourraient s’associer à des banques pour faciliter leur expansion internationale, mais ces organisations seraient toujours limitées par les processus lents et traditionnels des banques. De plus, avec la mondialisation, il ne suffit plus de proposer une seule devise ou de proposer ses services sur un seul marché local. Si un partenaire bancaire n’offre pas le réseau mondial dont vous avez besoin, vous serez contraint de chercher à établir une autre relation bancaire, ce qui pourra prendre jusqu’à un an.

Dans cette économie tumultueuse, vous ne pouvez pas vous permettre d’attendre un an. Vous devez être en mesure de fournir des services rapides, optimisés et évolutifs à vos clients finaux, avant qu’ils ne se tournent vers vos concurrents. La solution consiste donc à s’associer à un fournisseur de liquidités non bancaire disposant de la technologie, de l’expérience et du réseau adéquats pour effectuer des paiements transfrontaliers conformes. Vous ne trouverez probablement pas de prestataire capable de tout régler, mais la solution consiste à trouver des solutions qui s’intègrent parfaitement à vos flux de travail actuels et automatisent vos processus de paiement de bout en bout.

Il est clair que s’ouvrir à l’international est une étape nécessaire pour toute entreprise qui souhaite survivre à l’avenir. Lorsqu’il s’agit des aspects qui importent vraiment, notamment les pressions en matière de réglementation, de risque et de responsabilité, vous devez vous assurer que les partenaires avec lesquels vous traitez comprennent parfaitement les tenants et aboutissants des paiements internationaux. Un partenaire Paytech peut vous aider à démarrer tambour battant.

En fin de compte, lorsque les entreprises de la Fintech s’associent à des prestataires Paytech pour contourner les réglementations strictes et les difficultés rédhibitoires associées aux relations bancaires traditionnelles, elles peuvent faire exploser la croissance des clients et des entreprises. Les entreprises mondiales, les économies locales et, plus important encore, les clients particuliers bénéficient tous de l’innovation, de la mondialisation et de l’inclusion financière portées par les entreprises de la Fintech.

Étude de cas : les bénéfices des paiements, promesses tenues

Agility Forex est une Fintech canadienne qui offre à tous la tarification de devises, à des taux normalement réservés aux grandes entreprises. Grâce à sa technologie exclusive, Agility Forex aide les utilisateurs à contourner les banques pour accéder aux prix du marché interbancaire sans frais ni commissions bancaires, de sorte que l’argent peut être envoyé à l’étranger au coût le plus bas possible. À la base, Agility Forex supprime les complexités associées aux marchés des changes pour rendre les transactions plus simples, plus rapides et plus abordables pour les petites entreprises et les consommateurs.

En collaborant avec Currencycloud, Agility Forex a pu se développer plus rapidement et atteindre une nouvelle présence géographique et un nouveau niveau d’efficacité, quasiment du jour au lendemain. Currencycloud a mis en place un réseau qui permet de payer dans 212 pays via SWIFT et dans plus de 35 pays via des comptes bancaires locaux. Ce partenariat permet à Agility de fournir une solution beaucoup plus complète à ses clients finaux.

En outre, les paiements et la liquidité du marché des changes vont de pair. Lorsqu’elle doit effectuer un paiement en dollars néo-zélandais, par exemple, Agility Forex ne dispose généralement pas d’une grande quantité de cette devise. Le partenariat avec Currencycloud a permis non seulement d’acheter des devises à des taux de gros, mais également d’effectuer le paiement simultanément.

Pour résumer, les Fintech et les Paytech constituent une combinaison puissante, et le partenariat adéquat peut vous aider à débloquer le secteur financier.

Découvrez d’autres exemples de la façon dont Currencycloud peut vous aider :

Contactez-nous

Currencycloud vous apporte tout ce dont vous avez besoin pour créer des solutions de paiement intelligentes. Découvrez notre vaste gamme de produits et notre grande expérience en matière de partenariat avec les Fintech, ou contactez-nous dès aujourd’hui pour bénéficier d’une analyse personnalisée des avantages d’un partenariat !

By: administrator

Find Your Bold

Currencycloud is here to back you as you leap boldly into the future. Get in touch with an expert today.

Get Started